PATRIMOINE

La Fondation Riom Terre d’Auvergne lance une étude sur le devenir de Riom

Constituée sous l’égide de la Fondation de France, la Fondation Riom Terre d’Auvergne (RTA) a pour objectif de mobiliser les énergies et apporter des moyens pour le rayonnement de Riom et de sa continuité urbaine, en complément des actions publiques et des initiatives collectives privées déjà existantes, avec notamment :

L’amélioration de la connaissance des atouts / possibilités de Riom et de son EPCI. 

Le soutien de nouveaux projets tournés vers l’avenir, par exemple notamment :

La mobilisation des énergies pour aider Riom et son EPCI à s’adapter aux nouvelles organisations métropolitaines et régionales.

L’aide au développement des structures/associations existantes ou futures qui organisent des actions culturelles collectives 

Le soutien à la création de structures/associations nouvelles notamment dans le domaine des NTIC en lien avec l’économie de la culture.

Le portage ou le soutien de réflexions sur les devenirs possibles des patrimoines architecturaux et urbanistiques, actuellement en désuétude et/ou en friches, notamment ceux de l’ancienne prison centrale, du centre historique et de certains cœurs de bourgs.

La Fondation Riom Terre d’Auvergne est sous égide de la Fondation de France et n’a pas de capacité juridique.

La fondation Riom Terre d’Auvergne a confié à l’Agence Bastille une étude:

Contexte et objectifs de la mission :

Le diagnostic de l’état des petites villes françaises n’est plus à faire. C’est à la fois le résultat d’évolutions économiques et sociales qui se sont faites jour au lendemain des 30 glorieuses et qui ont été amplifiées par la décentralisation de la gestion du droit des sols à des échelles trop réduites.

Depuis, les réformes territoriales arrivées trop tard et toujours inachevées, combinées au désengagement de l’Etat, n’ont pu compenser la perte de l’approche globale de l’Aménagement du Territoire (social, économie, environnement et nouvelle gouvernance), pourtant indispensable pour intégrer les principes du Développement Durable.

Ce constat, de plus en plus partagé, commence à être porté par la puissance publique, avec par exemple l’émergence du programme « Cœur de Ville » actuellement impulsé par le gouvernement.

Cependant, et indépendamment des moyens consacrés, force est de constater que ce mouvement est contraint par l’impossibilité pour les collectivités d’inscrire leurs actions dans un terme suffisamment long et multifactoriel.

A cela s’ajoute des spécificités pour l’agglomération de Riom :

Patrimoniale avec un ancien secteur sauvegardé de 30 ha qui regroupait encore dans les années 80 la très grande partie des services et logements. Alors que la vacance et l’indignité atteindraient aujourd’hui 30% selon certaines sources, force est de constater que la conciliation de la volonté de préserver ce patrimoine exceptionnel avec l’adaptation du bâti aux standards de vie d’aujourd’hui n’est pas satisfaisante.

De géographie urbaine qui fait que Riom, longtemps rivale de l’historique capitale épiscopale, est désormais intégrée dans l’agglomération clermontoise, la transformant en un quartier depériurbanisation alors que le schéma départemental de coopération intercommunal mis en œuvre depuis 2017 n’a pas intégré cette donnée pourtant essentielle.

Dans ces conditions, comment Riom peut-elle prétendre dépasser un statut de commune périphérique pour assumer véritablement son rôle de « Pôle structurant Nord du cœur métropolitain clermontois», lieu privilégié pour l’accueil de logements et de services acté par le Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT) du Grand Clermont ?

C’est avec cet objectif que la fondation RTA souhaite se saisir de la question de l’avenir de l’agglomération de Riom afin de disposer d’outils d’analyse prospective, de façon objective, en partant d’une analyse à une échelle nationale d’un phénomène pandémique pour se recentrer ensuite sur le contexte local.

La mission du prestataire est décrite ci-après quant à ses objectifs.

Diagnostic général et apport d’expériences nationales et européennes :

L’étude réalisée dans « Comment la France a tué ses villes » d’Olivier Razemond et le rapport remis par Yves Dauge au premier ministre  en 2017 constituent une première étape dans les outils nécessaires à une réflexion stratégique. La corrélation avec d’autres sites similaires ou approchants de celui de Riom peuvent émerger, permettant aussi la mise en réseaux des idées et des expérimentations propres aux centres villes historiques.

C’est avec cet objectif que le prestataire effectuera une recherche bibliographique et documentaire, visant à l’établissement d’une vision macro de la question de la désertification des centres villes, traitant notamment des points suivants :

  • la comparaison de la situation spécifique française par rapport à ses voisins européens ;
  • un zoom particulier sur la situation des centres villes couverts par une aire de mise en valeur de l’architecture et du patrimoine (AVAP);
  • l’identification d’exemples pertinents de développement respectant à la fois la qualité patrimoniale du bâti et le développement économique et social de la collectivité ;

Il s’agit notamment :

  • de qualifier l’état actuel de quelques centres villes européens et français ;
  • d’identifier rapidement les causes des dysfonctionnements pouvant être constatés  liés, notamment, à l’urbanisme des 30 dernières années ;
  • de faire apparaître les exemples marquants d’équilibre entre l’état qualitatif du bâti ancien, l’absence de vacance tant d’habitat que commerciale et le dynamisme économique du territoire concerné, et d’identifier les ressorts qui ont permis cet équilibre.

Diagnostic territorial : analyse de l’offre et de l’attractivité de Riom

De nombreuses informations sont disponibles quant au diagnostic du territoire riomois et de son environnement régional.

Dans ce contexte, l’objet de la présente phase est dans un premier temps de synthétiser l’ensemble de ces informations afin d’établir un diagnostic transversal en mettant en perspective les évolutions constatées ces 30 dernières années, afin d’identifier les liens pouvant exister entre ces évolutions et les décisions relevant de l’action publique.

Dans un second temps, cette phase de diagnostic aura pour objectif d’analyser l’offre de la ville de Riom et son attractivité en regard de ses concurrents territoriaux :

  • Ville de Clermont-Ferrand intégrant désormais Riom dans son aire d’influence (aire urbaine INSEE) tout en conservant son rôle de concurrent en l’absence de gouvernance et d’espace politique commun en dehors du SCOT;
  • Agglomération clermontoise, prise dans son ensemble à l’échelle du PETR du Grand Clermont ;
  • Périphérie de l’agglomération riomoise et rapports ville centre/périphérie (Riom Limagne et Volcans)

Ce diagnostic sera porté sur les différents éléments caractéristiques du territoire, par exemple : Commerces (attentes de la clientèle) ; habitat ,  entreprises, artisans, établissements publics et équipements ; associations et organisations ;résidents, et usagers de la ville, hébergements spécifiques : jeunes travailleurs, étudiants, retraités, … ; animations culturelles et festives ; tourisme ; capitaux, fiscalité, exportations et importations ;  compétences locales et réseaux (compétences développées par la population locale, réseaux d’entreprises, …) ; services publics et privés, Infrastructures, mobilité, transports (analyse de l’offre et de son adéquation avec les besoins),  Services numériques ;  friches urbaines, etc…

Chaque composante sera analysée selon une méthode de type SWOT (forces, faiblesses, menaces, opportunités), destinée à dégager les actions prioritaires qui permettraient de renforcer les éléments de différenciation positive du territoire de Riom.

Ambitions et positionnement territorial face à ses partenaires/concurrents:

Sur la base du diagnostic décrit ci-dessus, la présente phase aura pour objectif de définir les ambitions qui pourraient être mises en œuvre pour Riom, en profitant des opportunités actuellement disponibles (friches existantes et emprises à rénover des anciennes prisons, livraison des Jardins de la Culture, commerces fermés…).

  • Quelles fonctions développer ?
  • Quels services, commerces,... ?
  • Quels types d’habitats compatibles avec le patrimoine existant ?
  • etc…

Il ne s’agit pas ici d’établir une proposition de projet urbain, mais d’identifier les éléments programmatiques qu’il pourrait être opportun, dans le moyen et le long terme, de mettre en œuvre afin de renforcer la position de Riom selon le diagnostic établi ci-dessus en distinguant si l’agglomération de Riom/Menetrol/Mozac fait partie ou non de la métropole clermontoise.

Communication et association du public :

RTA, n’ayant pas de légitimité politique ou institutionnelle, souhaite que cette étude soit établie en concertation avec les acteurs du territoire. Dans ce contexte une démarche particulière sera mise en place telle que: entretiens avec des acteurs importants du territoire et, en direction du public atelier de travail, associant des personnes extérieures à la fondation RTA.