RIOM PROSPECTIVES

RIOM PROSPECTIVESLa Fondation Riom Terre d'Auvergne, acteur de démocratie participative, réfléchit au devenir de son territoire

Comment redonner envie aux Riomois de s’approprier leur ville et aux non Riomois de la découvrir ? L’une des réponses est de proposer de construire un projet commun ayant du sens et s’appuyant sur les caractéristiques et les singularités de la ville. Au fil de ses réflexions, la Fondation Riom Terre d’Auvergne a recensé un certain nombre d’enjeux, sujets ou défis qui peuvent nourrir le débat citoyen. Elle a confié à l’agence Bastille, spécialisée en marketing territorial, une étude diagnostique et prospective, afin d’élargir ses perspectives et le champ des possibles. Cette étude « Riom Prospectives » a été présentée le 3 décembre à Riom.

« Une fondation est un outil de la « société civile » qui suppose une vision et une action à long terme. C’est pourquoi notre fondation a entamé une réflexion sur une vision à quinze- vingt ans, au delà de toute préoccupation électorale. Nous souhaitons participer à ce que Riom devienne une ville (re)connue pour son patrimoine, sa culture, sa qualité de vie et qu’elle devienne attractive et éco-responsable dans l’agglomération clermontoise. La démocratie participative doit pouvoir trouver sa place à côté de la démocratie représentative », explique Anne-Marie Vernin, Présidente de la Fondation Riom Terre d’Auvergne.

Pourquoi la Fondation Riom Terre d’Auvergne a lancé cette étude ?

La vocation de la Fondation Riom Terre d’Auvergne (RTA) est d’aider au développement de Riom et de sa communauté d’agglomération Riom Limagne et Volcans (RLV), en attachant une attention particulière à la culture et au patrimoine. Totalement non partisane, elle agit en complément des actions publiques et des initiatives collectives privées, par des aides financières en soutien à des projets d’intérêt général tournés vers l’avenir et des réflexions sur les devenirs possibles des patrimoines architecturaux. C’est dans cette perspective qu’elle a demandé à l’agence Bastille de l’accompagner dans sa réflexion. L’étude Riom Prospectives s’est attachée à étudier la ville sous tous ses aspects :

• Ses atouts
• Les enjeux du changement climatique pour la ville de Riom et par rapport à la • région Auvergne
• Les objectifs de développement à 20 ans
• La place de Riom dans la métropole clermontoise

Des atouts à tirer de ses faiblesses
Avec une histoire séculaire, un patrimoine remarquable et un label Ville d’Art et d’Histoire, Riom doit faire face à de nouveaux défis : un centre ville en perte de vitalité dont les logements souvent petits, peu adaptés aux familles et pour les 3/4 antérieurs à 1871 ; des commerces étriqués sans possibilité d’extension ; un espace public minéral. Les réflexions menées par la Fondation RTA mettent en exergue la nécessité de repenser la question d’« habiter » le centre-ville ; de réintégrer un maximum de services au sein de l’agglomération de Riom ; de reconsidérer drastiquement la manière dont les flux de transport sont générés et nécessairement par une politique urbaine qui embrasse l’ensemble des leviers activables.
Riom, pôle structurant du Puy-de-Dôme de par son histoire, doit profiter de sa situation privilégiée et (re)devenir un véritable potentiel d’attractivité à destination des actifs. 

Repenser Riom

Repenser la ville avec notamment les changements climatiques et, au-delà du « réchauffement » à proprement parler, repenser la manière dont les villes sont conçues et alimentées. Comment végétaliser les espaces publics tout en préservant les ressources en eau ? Comment favoriser le développement d’une agriculture plus durable et plus responsable ? Comment gérer les mobilités tout en restant dans un dynamique urbaine ? Comment adapter le bâti ancien aux nouvelles habitudes de vie ? L’enjeu est crucial notamment pour les villes moyennes qui disposent de nombreux avantages pour entrer de plain-pied dans une démarche d’urbanisme durable. Et, Riom dispose d’une véritable carte à jouer, en résonance avec les autres collectivités du territoire RLV et pourrait soutenir, valoriser et mettre en avant des expérimentations locales.

Voir le développement durable comme une opportunité pour construire un nouveau modèle urbain, centré sur la qualité du cadre de vie pourrait devenir la nouvelle identité de Riom. L’idée d’une « ville verte » mérite d’être considérée comme une trajectoire possible pour repenser Riom dans son urbanité et plus largement dans son ancrage à l’arrière-pays. L’urgence climatique invite la société à s’interroger sur son rapport à la ville.

Charge à la société civile de contribuer à cette dynamique. Il ne s’agit pas seulement d’inciter les habitants à des changements d’habitudes individuelles, mais aussi de montrer que le corps citoyen peut être partie prenante, voire même initiateur de démarches vertueuses sur son propre territoire.

Construire Riom 2040

Au fil de ses travaux, la Fondation Riom Terre d’Auvergne a acquis la conviction qu’il fallait nourrir le débat public avec un horizon à la fois proche et lointain. Quelle place

accorder aux associations, aux acteurs locaux, aux groupements citoyens dans la prise en charge de leur territoire ? Comment concilier les modalités démocratiques actuelles, avec les volontés participatives toujours plus vivaces dans notre société ?

L’horizon 2040 ouvre le débat sur tous les sujets, y compris les gouvernances et les modes de décision. S’appuyer sur les spécificités de Riom pour inventer la ville de demain et s’assurer qu’elle réponde efficacement aux besoins réels de ses citadins.

Pour imaginer demain, la Fondation RTA a réunit des citoyens et définit des axes principaux de travail :

• Revitalisation du cœur de ville par une piétonisation ou une meilleure visibilité de la « zone de rencontre » existante, mais aussi végétalisation et aménagements des zones de convivialités... La valorisation du marché s’est invitée à plusieurs reprises.

• Le patrimoine ancien, un atout pour développer une offre d’hébergement « typique » et de caractère, à condition de trouver les moyens financiers pour les mettre en valeur.

• Les mobilités, axe de travail essentiel avec la nécessité de renforcer l’offre de mobilités sur le territoire, à l’échelle intra-urbaine et interurbaine avec l’enjeu des mobilités décarbonées.

• La perspective de faire de Riom une « cité connectée » sans susciter un engouement notable n’empêche pas la réflexion à la manière de développer le numérique. La mise en place d’une école de la création numérique ouverte aux jeunes, sur le modèle du programme Tumo* à Paris et Erevan, serait une excellente opportunité pour affirmer le positionnement culturel de la ville.

• Rendre la ville à nouveau désirable et son bâti patrimonial habitable. Pendant près de 50 ans, l’habitat périurbain, moins contraignant, a répondu à la fois aux besoins et aux rêves d’une part importante de notre société , engendrant l’étalement urbain autour des centres qui regroupaient services et emplois.

• Renouer avec le centre-ville par une assistance forte aux propriétaires investisseurs. Cette assistance doit permettre une vision globale du bâti dans lequel s’inscrit l’opération, du besoin visé et des moyens mobilisables. Cela correspond à une « démarche de projet » qui ne peut être portée que par la collectivité.

Une vaste réflexion est ainsi menée dans RIOM PROSPECTIVES pour faire évoluer la ville, faire que Riom existe dans et avec la métropole et penser son développement comme colonne vertébrale structurante du territoire.

Le magazine RIOM PROSPECTIVES est à télécharger ici page_files/documents/Etude_Riom_Prospectives-03122019.pdf